Aller à la recherche

Mot-clé - Gaby Moreno

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 23 avril 2016 15:39

Calexico + Gaby Moreno - l'Epicerie Moderne (Feyzin), le 22 Avril 2016

On avait raté leur précédent passage ici même il y a un paquet de temps et on était plutôt curieux de les découvrir en live. D'abord parce quelques uns de leurs albums des débuts ont été plutôt marquants, on avait ensuite décroché avant de jeter une oreille distraite sur Algiers (précédente livraison) et se demander bien pourquoi on avait abandonné.

Le petit dernier (Edge of the Sun) nous a moins convaincu mais les divers échos live étaient plutôt bons, la preuve ? On retrouve ce soir là des gens de bonne compagnie, Hello Darkness au complet et en couple, par exemple ;) !
Peu de bruit sourd de la salle quand nous y entrons et pourtant, Gaby Moreno a déjà commencé les présentations. Avec un effectif mouvant tiré des 7 Calexico, elle mets tout de suite dans le bain désertique de la soirée, nous cueillant d'abord avec une charmante reprise de Françoise Hardy puis enchaînant entre anglais et espagnol des chansons délicates. Sa voix est remarquable et ce dernier titre joué seule à la guitare nous convaincra d'aller découvrir une discographie déjà bien garnie (4 albums).

Place à Calexico, la paire Joey Burns & John Convertino évidemment accompagnés de multi-instrumentistes bien doués (trompettes, guitares, accordéons, claviers, vibraphone, ...). L'embarquement sera rapide et nous voilà propulsé dans l'univers si particulier (Tex-Mex/Americana) des américains.

Le dernier album (nos morceaux préférés) pour mise en bouche, chaque titre est comme un nouvel enchantement: çà joue pas forcément fort mais collectif et sans chiqué, le plaisir que prends le groupe est palpable, communicatif et très réjouissant.

Burns est plutôt à l'aise dans tout ce qu'il fait et laisse beaucoup de place à ses comparses, le plus discret restant le métronomique Convertino, rouge écarlate dans sa chemise 50's boutonnée jusqu'au cou.

La soirée alternera entre titres enlevés & mariachis et passages plus folk, portés par la voix de son leader (qu'on n'imaginait pas si bonne). Petit frisson aux premiers arpèges du Alone Again Or de Love, nous rappelant le passage non moins émouvant d'Arthur Lee à Lyon.

Gaby Moreno reviendra souvent pour pimenter un peu plus un setlist bien fournie (2h de concert ou presque), avec un très belle reprise de Ry Cooder en entame d'un rappel généreux.

Pour un premier concert en leur compagnie, dur de ne pas être comblé !

↑ GO ↑