Aller à la recherche

jeudi 8 juin 2017 00:48

Tunnel de Kim Seong-Hun

Belle surprise que ce huis-clos à mi chemin entre film catastrophe et critique sociétale.

tunnel.jpg
On y suit donc un brave père de famille qui va être en retard pour l'anniversaire de sa fille, bloqué dans sa voiture sous des tonnes de rochers et çà fonctionne à plein pendant 2h !

Dehors les secours s'organisent mais Seong-hun ne manque pas d'érafler son pays où tout se construit au plus pressé (en rognant sur la sécurité), ses politiques en mal de comm et la presse qui va avec.

C'est vraiment bien amené & construit, grinçant comme il faut avec une dose d'humour apportée par un chien autrement plus drôle que celui de Jarmusch !

mercredi 17 mai 2017 12:27

souvenirs d'Iran: Mohsen Namjoo !

De retour de 3 semaines en Iran, de quoi emmagasiner quelques très beaux souvenirs: les lieux, certes, entre culture et montagne mais surtout les gens, d'une extrême gentillesse.

Et puis la musique aussi, avec un vrai coup de coeur pour Mohsen Namjoo, découvert à la faveur d'un plan couchsurfing bien fumeux du côté du Damavand.

namjoo.jpg
Namjoo est d'abord passé par les écoles officielles de la musique traditionnelle (du côté de Mashhad, la ville la plus religieuse du pays), développant une technique vocale impressionnante et puis s'en est affranchi, creusant son propre sillon en y mêlant des influences jazz, rock ou blues.

Interdit de concert et plutôt critiqué pour avoir mis en musique quelques versets du Coran, il quittera le pays en 2008, un an après la sortie de son premier album 'officiel' Toranj.

Le titre d'ouverture du même nom est juste bluffant ! Une sorte d'ovni sonore comme on kiffe d'en découvrir plus souvent !

Et le reste du disque vaut largement le détour tout comme son successeur, Jabr-e Joghrafiyaei, peut-être même plus recommandable, moderne avec cette dose d'inconnu qui fait tout le sel de la découverte.

On va donc épuiser ces 2 galettes avant d'enchainer sur la suite discographique et sûrement... de retourner faire un tour du coté des farsis !

lundi 3 avril 2017 21:12

H-Burns + Woods - l'Epicerie Moderne (Feyzin), le 28 Mars 2017

Un concert pop, pour changer... Enfin, pas tant que çà puisque le dernier (de Kevin Morby - feu membre de Woods) est plutôt frais.

Avant, c'est le presque local H-Burns qui présente déjà son 6ème album. On ne s'est guère penché sur l'oeuvre du garçon et sa prestation du soir est plutôt maitrisée, bien accompagné de 3 comparses bien rôdés à l'exercice.

Alternance de titres intimistes et d'envolées bruyantes, visiblement content d'être là et de jouer, il faut néanmoins avouer qu'on n'a pas du tout été touché par cette première partie (qui n'en était pas une - plus d'une heure de set).

Passons à Woods, découverts un peu par hasard, porté par un titre (Sun city creeps) hyper accrocheur. L'album City Sun Eater in the River of Light avait apporté sa dose de fraicheur l'an dernier même si la voix taquinait déjà nos limites de l'acceptable.

Sur scène, ce n'est pas vraiment spectaculaire, avec 5 garçons no-look complet (mention spéciale au chanteur barbu à bonnet) et dont la charisme individuel ne s'additionne pas vraiment.

A l'écoute, çà passe mieux avec des titres soigneusement exécutés, débordant un peu (quand même) vers des passages plus hypnotiques pour les titres qui s'y prêtent bien (Sun city creeps toujours).

Logiquement tirés du dernier disque, on est content d'ouïr Politics of free ou The other side même si globalement, il manque vraiment quelque chose pour se laisser emporter, pour déborder un cadre bien trop sage d'une prestation qu'on ne gardera pas forcément en mémoire.

samedi 18 mars 2017 17:15

Tardi & Manchette - West coast blues

Quelle idée ??? Lire Manchette en BD et en version anglaise...

Bah, ça fait un peu bosser la langue et renouer avec Gerfaut, le Petit Bleu de la Côte Ouest, pris pour cible un peu par hasard dans une longue chasse à l'homme.

Bande son Jazz et années 60 très bien retranscrites par le trait de Tardi, ambiance polar très noir (malgré une respiration alpine qui fait du bien et, forcément, l'humour de Manchette), mise en cases très cinématographique, cadence parfaite, gros gros plaisir de lecteur quoi !

Griffu, La Position du tireur couché & Ô dingos, Ô châteaux ! autres romans du marseillais sont aussi passés par le même crayon, on va se les farcir !

- page 1 de 150

↑ GO ↑