Aller à la recherche

Live Chronique

Chroniques de concerts obscurs en salles obscures

Fil des billets Fil des commentaires

lundi 10 juin 2019 09:38

This Is Not A Love Song: jour 1 - Nîmes, le 30 Mai 2019

Retard certain pour ces compte-rendus nîmois... Parce que oui, on a fait les 3 jours du TINALS dernière édition. Arrivé même tôt chaque soir et parti après le dernier concert, de quoi risquer l'overdose (mais la purge est en cours ;) ).

On arrive donc difficilement sur site (ah... le traffic de l'Ascension) alors que les Wallows sont à l'oeuvre dans un registre pop fraiche qui fait penser aux Shins, sympathique mais peu marquant.

Bonne surprise quant à The Nude Party, idéalement situé sur la petite scène Mosquito: rock garage-surf-psyché avec lunettes noires. C'est débraillé, à la cool avec des compositions qui tiennent la route, un bon moment !

L'heure des premiers choix arrive, on zappe Black Midi pourtant prometteur pour profiter pleinement du set complet d'une Aldous Harding qu'on nous a plutôt bien vendu.

On en ressortira très mitigé et pas vraiment emballé: calme, doux, minimaliste mais peu de moment de grâce ('The Barrel' à la rigueur), c'est surtout très maniéré, plein de tocs, silences interminables et autres grimaces si bien qu'on pense la néo-zélandaise atteinte d'autisme ou autre trouble du comportement. A priori que nenni... De quoi s'interroger alors sur le coté poseur de tout çà... Et la musique dans tout çà ? Compositions originales certes mais pas immédiates !

On reste dans la grande salle pour Shellac. Le groupe était à Feyzin la veille pour un concert décevant (début excellent et gros ventre mou ensuite avec trop de temps morts), on avait décidé de rester juste pour l'entame. Promesse non tenue - mode groupie presque ON - puisque la prestation du soir sera top, toute en tension tranchante comme ils savent si bien le faire.

Pour rester dans la thématique 'figures US cultes', on hésite (pas longtemps) entre Messthetics & Built To Spill mais l'idée de reconstituer intégralement le puzzle Fugazi l'emporte largement. C'est donc fait: on a enfin vu chacun des membres du groupe en live, un chantier qui aura pris 15 ans :p :p :p

Messthetics donc, inclue la section rythmique de Washington et un guitariste tritureur de sons pour des instrumentaux perchés mais jamais chiants portés par une débauche d'énergie et un plaisir certain à l'envoyer ensemble (Joe Lally - toujours aussi expressif - sourira même une fois, c'est dire !).

Rapidement embarqué dans ces plans non conventionnels, bluffé par le jeu de Brendan Canty souple et puissant, dire qu'on avait hésité à basculer en cours de jeu dans la grande salle pour Built To Spill... C'est sans le faire ni regret tant les 15 minutes ouïes paraissent alors statiques et creuses, entre batterie balloche et solos pauvres et répétitifs (cf le très bon compte-rendu de Xavier ICI).

La fin de ce premier jour approche, grande salle toujours pour la tribu Fat White Family dont la réputation n'est plus à faire, 7 de front et un chanteur charismatique mais si on apprécie le début du concert, on ne rentrera jamais dedans: structures répétitives ? petit coup de fatigue ? Les 2 sûrement... Les anglais n'avaient déjà pas marqué en 2014...

mardi 28 mai 2019 16:15

Jonathan Bree - Epicerie Moderne (Feyzin), le 27 Mai 2019

Concert de l'étrange à l'Epicerie ce lundi: Jonathan Bree devant un parterre assez réduit.

1 voix (à la Jarvis Cocker), bassiste & batteur + 2 danseuses, tous désincarnés sous un masque blanc, pas de paroles et 50 minutes dans lesquelles on finira par rentrer, sans trop savoir si on apprécie :D

Des boucles pour compléter les orchestrations pop riches de l'album (la Nouvelle Zélande, c'est loin) et des projections créées dans la thématique du disque, entre live et performance quoi, une virée... atypique mais intéressante !


dimanche 19 mai 2019 15:46

Altın Gün + Gloria - l'Epicerie Moderne (Feyzin), le 18 Mai 2019

Petite virée orientalisante à Feyzin avec la venue d'Altın Gün qu'on avait raté - sold out - en Octobre dernier. Le groupe est en plein buzz puisque, comme au Périscope, l'Epicerie annonce complet ce soir et, entre-temps, un second disque est sorti.

Mais d'abord, c'est Gloria, 1ère partie locale biberonnée aux Nuggets psychédéliques: 3 chanteuses et des membres de Slow Joe, très référencé 60's dans le son des guitare & basse mais... si ces 45 minutes comportent de bons moments, on restera globalement à côté, peu accroché par ces compositions.

Place à Altın Gün, projet du bassiste de Jacco Gardner tombé en émoi devant la scène turque des 70's qui mêlait influences américaines et musique traditionnelle. En bon client de Mazhar ve Fuat (moins de Erkin Koray), on a beaucoup écouté leur premier disque (la ligne de basse de 'Goca Dünya' est a tomber) et on était curieux de voir çà en live.

Ils sont donc 6, un trio classique de l'autre pays du fromage + un percussionniste & 2 turcophones au claviers et saz (luth oriental) et savent soigner leur entrée: tout est là dès le premier titre, donnant l'élan à un set généreux.

Sautillant, mélodique, pop, disco, psyché, tout à la fois, une drôle de synthèse qui nous est servie ici avec une belle maîtrise sûrement acquise en live au vu de la quantité de dates d'une tournée presque perpétuelle.

Pas passéiste du tout, leur musique a trouvé le bon équilibre entre modernisme et tradition, pleine de breaks surprenants et portée par des lignes de basse ultra efficaces (et un bassiste au taquet) mais c'est surtout Erdinc Yildiz Ecevit qui impressionne, jonglant sans ciller entre claviers, chant & saz parfois dans le même morceau.

Une belle piquouse de fraîcheur et d'immédiateté qui fait beaucoup de bien en ce mois de mai grisaillant.

mercredi 10 avril 2019 09:00

The Comet is Coming - Badaboum (Paris), le 04 Avril 2019

Nouvelle courte virée parisienne, on change d'arrondissement et de registre: place au jazz avec ce projet bien barré dans le cosmos de Shabaka Hutchings, déjà au saxophone dans le groupe Sons of Kemet qu'on avait beaucoup apprécié en 2015.

Arrivé en retard dans une salle à la bonne jauge et bien remplie, c'est la fin d'Alabaster DePlume, sorte de spoken word poétique sur des instrus minimaliste et un conteur bien allumé (presque soulagé de ne voir qu'un morceau :p ).

Place au trio anglais qui commence son voyage inter galactique à 21h, on embarque direct avec eux !

D'abord éclectique, avec des rythmiques hip-hop voire rock, le combo fait la part belle aux synthés (qu'on imagine forcément analogiques ?) et de longs titres qu'ils destructurent parfois : fort et puissant, privilégiant l'énergie à la démonstration virtuose (et c'est tant mieux !), le set virera progressivement vers des sonorités de plus en plus électroniques.

On reconnait quelques titres de leur premier disque mais on découvre surtout les nouveautés de Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery, le petit nouveau sorti en mars, comme ce Summon the fire juste monstrueux :

Miam !

- page 2 de 71 -

↑ GO ↑