Aller à la recherche

jeudi 8 mars 2018 13:05

The Heliocentrics - Périscope (Lyon), le 07 Mars 2018

Depuis Décembre qu'on n'avait point fait de concert... Pas faute de dates intéressantes - Nils Frahm, Nada Surf, Buttshakers ou King Gizzard & the Lizard Wizard sont passés par ici - plutôt un problème d'agenda pas conciliable (+ épisode de flemme, oui).

On y remédie ce soir, achat compulsif après avoir vu le nom sur le programme du Périscope, fort d'un très bon souvenir de leur collaboration avec Mulatu Astatke.

Une écoute rapide de l'album 'A World of Masks' nous laisse assez sceptique sur ce qui nous attend et on traine un peu les pieds pour décoller : arrivé tard sur place, du monde dehors et un papier qui annonce complet, on est au final pile à l'heure pour se placer correctement dans la fosse.

Extinction des lumières à 21h50 et un premier morceau bien bruitiste afin de poser l'ambiance. Tout change dès le second titre avec la voix assez incroyable de Barbora Patkova, nouvelle recrue du collectif. On sait dès lors que le concert sera grand !

Une voix évoquant Portishead, Billie Holiday ou Amy Winehouse et une présence plutôt voyante: coupe blonde platine, maquillage, robe rouge pétant, la slovaque ne fait pas dans la discrétion. Elle est aussi bluffante de facilité dans sa technique vocale.

Derrière çà assure grave, les londoniens développant un mélange de funk, jazz, trip-hop complètement envoûtant. Les titres sont longs et très originaux, avec des pics d'intensité très communicatifs, les orchestrations plutôt géniales (l'unisson flûte+violon est parfait) et c'est un réel pied qu'on prend tout le long de la grosse heure que dure leur set.

Un titre de rappel du même acabit pour clore ce très beau moment et on rentre, sûr d'y retourner la prochaine fois et sans tergiverser !

mardi 20 février 2018 23:23

King Creosote - Melin Wynt

Second disque qu'on écoute de King Creosote et encore les poils dès l'ouverture de ce très beau Astronaut Meets Appleman sorti en 2016. Cà s'appelle 'You just want', çà dure 7 minutes et c'est magnifique !

On partagera néanmoins le morceau d'après - Melin Wynt - qui part avec un GROS handicap: une cornemuse (oui oui).

Et pourtant, çà fonctionne, l'écossais excellant dans l'art de tourner de mélodies à vous retourner, de trousser des arrangements à tomber, de partager son spleen sans pathos et le porter d'une voix qu'on aime beaucoup (dans une veine proche de celle creusée par Sophia).

Il aurait enregistré une quarantaine (!) d'albums depuis 1998, de quoi voir venir (en espérant sans trop y croire un concert dans le coin)

samedi 10 février 2018 11:50

Mathieu Sapin - Gérard: cinq années dans les pattes de Depardieu - 2017

Excellent ! C'est le mot qui vient à la lecture de ce journal de Sapin parti d'abord en Azerbaïdjan avec le Gégé et qui continuera l'aventure pour en faire ce one-shot plutôt fourni (160 pages).

sapin depardieu BD.jpg
C'est drôle souvent, grave parfois et surprenant. On connait sans plus Depardieu mais ce qui transpire là dedans, c'est un personnage déroutant & imprévisible, assez étranger à tout ce qu'on peut bien penser de lui, authentique & pathétique, entier et donc, forcément attachant.

Des voyages improbables, des anecdotes à peine imaginables: entre photo surréaliste avec Poutine ou un bonhomme toujours en caleçon dans son hôtel particulier rempli d'oeuvres d'art, il n'est pas décrit à son avantage le Gérard mais c'était la condition pour qu'il donne son accord à Sapin.

On déroulera donc le film lentement, histoire de profiter plus longtemps de ce personnage hors-normes, observant aussi la relation entre l'auteur et l'acteur se développer au fil des pages.

dimanche 28 janvier 2018 02:56

Perdu chez Ike & Tina...

Dur dur de se plonger dans la discographie d'Ike & Tina Turner...

Pas de remasterisation ou autre coffret Deluxe, rien de très complet sur le net, des bribes même sur Wikipedia ou Allmusic, beaucoup plus (mais trop) sur Discogs, des bestOf et autres compilations par dizaines, des lives presqu'aussi nombreux et quelques albums studio quand même.

C'est ces derniers qu'on aura tenté d'écouter pour un résultat pas si concluant que çà: sortis sur moult labels, sans trop de moyens (ou de temps pour peaufiner ?) et sûrement prétexte pour alimenter la machine à tournées (la fameuse Revue), il faut bien conclure que les Turner n'auront vraiment sorti ensemble qu'un seul excellent disque : ce Workin' Together de 1971 mêlant de façon plutôt homogène compositions et reprises.

Pour le reste, faut picorer et souvent s'ennuyer, avec quelques oreilles qui saignent (leur album gospel de 1974 est affreux) ou l'attention qui baisse fortement (quand le blues remplace le gospel). Même le River Deep - Mountain High produit par Phil Spector ne casse pas des barres.

A défaut d'autre album, on pourra néanmoins conseiller 2 compilations qui se complètent plutôt bien (et embarquent presque la totalité de l'album précité): Funkier Than a Mosquito's Tweeter et le bon coffret The Ike & Tina Turner Story 1960-1975.

- page 3 de 157 -

↑ GO ↑