Aller à la recherche

samedi 26 septembre 2009 17:20

Episode 08

Un peu d'énervement psychiatrique ou presque cette fois-ci...

Avais-je déjà dit que le folk m'ennuyait pas mal en ce moment ? oui ? bon, d'accord...

08.jpg :bz4) Mission of Burma – Vs. – 1982
Retour sur cet album pour lequel les gars de Mission of Burma ont sûrement piqué une DeLorean et proposer en 16 titres un aperçu-résumé de ce que le rock US proposera de meilleur dans les années qui suivront (rayon alternatif, hein...) : Sonic Youth donc mais également Hüsker Dü (cf le Forget en pièce jointe), Fugazi (Learn How), Minutemen (Weatherbox), … On note aussi quelques clins d’oeil aux Clash et autres Buzzcocks ! Fondateur ? Maybe...

08.jpg :bz4) Johnny Thunders & The Heartbreakers – L.A.M.F.: The Lost ‘77 Mixes – 1977
Thunders post Dolls (avec Nolan aux fûts et Richard Hell de Television)… Mix original pourri et pas mal de version de cet album. Ces '77 Mixes seraient les meilleurs... En tous cas, çà regorge de titres excellents (riffs imparables, solos courts mais percutants) et au moins 3 pépites : Pirate Love, One Track Mind & Can't Keep my eyes on you. Seul disque avant l’explosion (égos + drogues + …) : Born To Lose (et pas Born in Toulouse) !

08.jpg :bz35) Bob Mould - Life and Times - 2009
Curieux album que la dernière livraison du Bob : le Citylights en pré-écoute n'augurait rien d'exceptionnel et on en doute avec 2 premiers titres de fort bonne tenue. Si le soufflé retombe avec l'allumage des lumières de la ville et ses synthés trop mignons, il n'y a finalement que 3 bouses à jeter sur la galette : un Argos trop bas du front et le Lifetime mou comme un gras de bide qui clôt le disque. Sinon, Bob est toujours le roi quand il s'agit de pondre des acoustiques désabusés (I'm Sorry, Baby, But You Can't Stand In My Light Any More - rien que le titre) ou quelques bombes électrifiées (Spiraling down).

08.jpg :bz3) The Byrds - Fifth Dimension - 1966
Découverte des Byrds, pionniers du folk-rock où l'on retrouve notamment David Crosby. Une cover serrée de Hey Joe, des titres bien psyché (Eight Miles High qui sera tronçonné par Hüsker Dü) et un bilan mitigé: pas de coup de coeur mais quelques titres bien sentis comme ce What's Happening?!?!.



08.jpg :bz05) Tim Buckley - sans titre & Goodbye and Hello - 1966 & 1967 Bon, j'aurais essayé... Dans la voiture, chez moi, au casque, rien à faire... Buckley senior m'indiffère au mieux sur ces 2 premiers LPs. Pas rentré dans ces compos, cette voix trop souvent dans les aigüs (et il en mets partout), ce coté baladin troubadour, ces arrangements et ce son un peu désuets aujourd'hui... La suite est-elle plus épurée ?


08.jpg :bz0) Breeders – Fade to Fatal EP – 2009
Dans la lignée d’un plutôt bâclé Mountain Battles, les soeurs Deal proposent 4 nouveaux titres : un titre éponyme braillard avant du très posé. The last time permet d’entendre le Mark au chant sans que çà décolle vraiment, la suite étant du même ennui. Et donc ? Ben, on fait comme elles, on s’en tape…


mardi 13 mai 2008 00:55

The Breeders - Mountain Battles

Retour aux affaires pour les soeurs Deal et ce 4ème album toujours chez 4AD, avec Steve Albini à la production... de quoi replonger, non sans nostalgie (oulah), dans ces 90's où le groupe lançait son cannonball au top des singles.

breeders_mountainbattles.jpg Depuis le passage du millénaire, un Title TK est sorti et on s'était dit qu'on ne craquerait pas, que les Breeders, c'était bien trop basique et finalement on s'est de nouveau fait avoir par les compos de Kim Deal et le charme de sa voix enrouée...

Pour cette nouvelle galette, çà part moyen avec un "Overglazed" à peine agité. Le "Bang On" qui suit est minimaliste et plutôt rigolo avec sa ligne de basse crado mais bon, ça nourrit pas trop son homme.

Les morceaux qui suivent, euh comment dire poliment, c'est vide de tout (en particulier "Spark" & "Istanbul"): pas de mélodie, trop calme ou à peine enjoué mais sans émotion aucune, on s'ennuie ferme.

Heureusement, "Walk It Off" nous rabiboche un peu mais c'est bien convenu. Le soufflé retombe cash après avec cet affreux titre sirupeux chanté en espagnol. Rien à signaler sur les 4 suivants (pour rester correct)...

On peut ajouter que la production d'Albini est à peine reconnaissable et la boucle est bouclée: tout ceci est très mauvais, sans prétention certes, mais très mauvais !

Après une reformation discographique des Pixies avortée, des disques de Frank Black gras du bide (BlueFinger, bof bof... Svn Fngr, pas mieux) et cette chose, on peut donc se féliciter que ce sixième disque des lutins ne soit jamais sorti...

↑ GO ↑