La bUze

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 août 2012

Big Business & Unsane - l'Epicerie Moderne (Feyzin), le 17 Juin 2012

Après Boogaerts en bis-repetita, un tout autre genre mais une fin de saison similaire à 2011 pour l'Epicerie: Unsane vient maltraiter une dernière fois nos tympans, accompagnés (clin d'oeil à l'ouverture de la saison ?) de Big Business pour lancer les hostilités.

La moitié des Melvins frappe d'entrée, dans tous les sens du terme. C'est puissant, fort, la faute à Coady Willis, le cogneur très physique du trio. Les vocaux de Jared Warren ne sont pas en reste si bien que la guitare reste presque discrète (ou moins audible, c'est selon). Pour l'aspect musical, je goute sans plus à ce noise rock un peu trop musclé qui lorgne vers le métal.

Petite déception après l'entracte: ce n'est pas le génialement furieux Vinny Signorelli qui officie derrière les fûts mais le même Willis de la première partie. Dave Curran l'expliquera plus tard (dans un français très compréhensible (accent canadien compris)), Signorelli est à l'hosto. Dommage...

unsane_live_r.amal.jpg [1]

Dur de savoir si c'est lié (j'ai pas écouté le petit dernier Wreck) mais le concert de cette année semblera plus hargneux et moins plombé que la fois d'avant. Les titres mid-tempos qu'on apprécie chez les new-yorkais sont sous-représentés (l'énorme Against the grain est heureusement de la partie) et le coté bourrin l'emporte trop souvent. Un mini HellFest du dimanche comme ils le diront, c'est pas faux !

En revanche, très bonne communication avec le public, on sent les new-yorkais contents d'être ici une troisième fois. Personnellement pas sûr de ressigner pour une prochaine...

Notes

[1] photo r_amal

vendredi 5 août 2011

Unsane - l'Epicerie Moderne (Feyzin), le 25 Juin 2011

Bientôt 2 mois de retard sur les comptes-rendus... c'est pas sérieux tout çà !!!

Puisque l'Epicerie clôturait sa saison ce soir là, autant faire un max de bruit ! Les préposés se nomment Unsane (23 ans d'existence), viennent de Brooklyn et font la joie des casiers de la bibliothèque de la Part-Dieu avec leurs pochettes bien sanguinolentes et macabres.

3 sur scène, pas d'artifice aux lumières, de l'efficacité brute seulement et Against the Grain en ouverture magistrale. Après, je sais pas trop, mais on versera dans un registre noise plombé et poisseux, strié par la voix hurlée de Chris Spencer.

Unsane_live_lyon.JPG
De prime abord, çà ne rigole pas : têtes de tueurs et plus grand combo cracheur de bière (mention spéciale au bassiste) mais en s'y attardant un peu, on voit que tout ceci participe au show, que les sourires ne sont pas loin. Cf Vinnie Signorelli, batteur au regard inquiétant, qui amuse son petit monde pendant que les cordeux s'accordent ou qui saura, le temps d'une chanson, marteler ses fûts comme un malade tout en faisant des mimiques complètement autres à l'égard d'un membre du public (qu'on imagine bien de l'autre sexe).

Volume sonore scotché à 110 dB, une seule redescente, le temps d'une intro à l'harmonica (si si), pour un titre presque bluesy (si si 2) et vraiment chouette, on décroche de temps à autre (sur les titres plus rapides, bizarrement) mais la section rythmique (quels jeu & son basse) ne mets pas longtemps à nous rappeler à l'ordre.

Dragibus, croisé juste avant m'avait dit tout le bien qu'il pensait du combo en live... C'est confirmé !